Histoire

(mise à jour le 28 septembre 2002)

Sommaire

Savoie

Les origines
Les conflits avec Genève et la France
Les états Sardes (1718-1861)

Ducs et comtes de Savoie

Thomas Iier (1157-1233) / Béatrice de Genève
Amédé IV (1197-1253)
Boniface Iier (1224-12__)
Pierre II (1203-1268)
Philippe Iier (1210-1285) / Alice de Bourgogne
Amédé V (1243-1325) / Sibille de Baugé
Edouard (1284-1329) / Blanche de Bourgogne
Aymon (1291-13__)
Amédé VI (1334-13__)
Amédé VIII (1391-1440)
Emmanuel-Philibert (1528-1580) / Marguerite de Valois
Charles-Emmanuel II (16__-1675) / Marie Jean-Baptiste de Savoie-Nemours
Victor-Amédé II (1666-1732) / Anne-Marie d’Orléans
Charles-Emmanuel III (1701-1773) / Elizabeth de Lorraine, Polyxena-Christine d’Hesse


Annexes

Annexes A : Les dynasties en Savoie (en parallèle avec les dynasties françaises)
Annexes B : Le Bugey - repère historique




Savoie


Les départements actuels de la Savoie et de la Haute-Savoie en France correspondent :
en 1416, lors de l'érection du duché de Savoie, aux bailliages de Chablais, Faucigny, Genevois et Savoie (avec la Tarentaise et la Maurienne) ;
de 1718 à 1792, dans le royaume Sarde, au duché de Savoie avec les intendances de Chablais, Faucigny, Carouge (1780), Genevois, Savoie propre, Tarentaise et Maurienne ;
de 1818 à 1860, au sein du royaume de Piémont Sardaigne, au duché de Savoie avec les provinces de Chablais, Faucigny, Carouge (jusqu'en 1837), Genevois, Haute-Savoie, Savoie propre, Tarentaise et Maurienne.

Les origines

Implantée au sud du lac Léman, la famille des comtes de Savoie [en rivalité avec les comtes de Genève et avec les dauphins] remonte au Xe siècle. Les successeurs d'Humbert Ier aux Blanches Mains (1003 - vers 1048) [notamment, jusqu'au XVesiècle, les grands souverains Pierre II, AmédéeVleGrand, AmédéeVIle comte Vert, AmédéeVII lecomte Rouge, Amédée VIII le duc-pape] accroissent le patrimoine familial.

Dès le XIe siècle, ils deviennent marquis en Italie. Au XIIIe siècle, la capitale se fixe à Chambéry tandis que [les comtes de Savoie, qui obtiennent le titre de vicaire impérial pour l'Italie du Nord,] acquièrent la Bresse, [le pays de Vaud, et étendent leur domination sur le Piémont et le Valais]. [Au siècle suivant, les comtes, désormais princes d'Empire, contrôlent le Canavais, conquièrent le pays de Gex et le Beaujolais d'Empire, et constituent le grand Chablais savoyard.] Mais la progression territoriale [due surtout à la maîtrise des cols et de la route d'Italie que les souverains ne cessent de monnayer] est freinée par la puissance de la France et de l’empire habsbourgeois. Après la signature avec le roi Jean II le Bon des traités de Paris (1354 - 1355) [où la Savoie cède le Viennois en échange du Faucigny et du pays de Beaufort], l'expansion savoyarde s'oriente vers l'Italie. L'achat du comté de Nice (1388) donne aux Etats de Savoie un débouché maritime.

Amédée VIII [qui a acquis le Genevois en 1401] obtient de l'empereur l'érection du comté de Savoie en duché (1416), [domine Saluces et Montferrat], et incorpore définitivement (1419) le Piémont à ses Etats [qui connaissent leur apogée au XVe siècle].

Les conflits avec Genève et la France

La pression française s'accentue au temps de Louis XI et l'orientation de la dynastie vers l'Italie entraîne la création d'un parti savoyard et d'un parti piémontais. Presque entièrement occupée par la France lors des guerres d'Italie (1536 - 1559), la Savoie revient, en 1559, à Emmanuel-Philibert (1553 - 1580) [qui restaure l’état savoyard]. La capitale est définitivement transférée à Turin en 1562. Dans le même temps, le développement de la Contre Réforme [avec saint François de Sales] provoque une guerre avec Genèvedont la Savoie reconnaît officiellement l'indépendance (1603). Les conflits avec la France se poursuivent au XVIIe siècle. Après l'annexion par Henri IV des pays entre Saône et Rhône (Bresse, Bugey et pays de Gex) [1601] [en échange du marquisat de Saluces], la Savoie abandonne à la France la forteresse de Pignerol (1631) et le pays, entré dans les coalitions formées contre Louis XIV, est occupé à deux reprises (1690 - 1696 et 1703 - 1713) par les Français.
 
 
Les Etats sardes (1718 - 1861)
Le traité d'Utrecht (1713) attribue à Victor-Amédée II la couronne de Sicile, échangée contre la Sardaigne en 1718. Les Etats de Savoie prennent alors le nom d'Etats sardes". Duc de Savoie, prince de Piémont et roi de Sardaigne (1720 - 1730), le souverain modernise les institutions et entreprend des réformes libérales. [Le royaume devient un véritable laboratoire de "l'absolutisme éclairé" en Europe (justice fiscale, abolition des droits seigneuriaux, enseignement d'Etat...)]. [Toutefois,] le despotisme éclairé prend fin avec Victor-Amédée III (1773 - 1796) qui redoute la contagion de la Révolution française. Le duché de Savoie est occupé et annexé par les Français (1792 - 1793), puis officiellement cédé à la France (1796) quand le Piémont est envahi par les troupes de la campagne d'Italie. Victor-Emmanuel Ier (1802 - 1821) recouvre la totalité de ses Etats en 1815 et le congrès de Vienne lui attribue la République de Gênes. [Cependant,] une insurrection révolutionnaire l'oblige à abdiquer en 1821. Charles-Albert (1831 - 1849) accorde une Constitution libérale et entre en lutte avec l'Autriche. Mais, battu à Custozza et Novare (1848 - 1849), il abdique en faveur de Victor-Emmanuel II (1849 - 1878). Celui-ci s'appuie sur Cavour pour réaliser l'unité italienne. Le Piémont s'empare de la Lombardie avec l'aide de Napoléon III et cède en contrepartie Nice et la Savoie à la France (1860). Le plébiscite de mars 1860 rattache l'Emilie, Parme, Modène et la Toscane au royaume, et Victor-Emmanuel II est proclamé roi d'Italie par le premier Parlement élu dans le royaume, confondant la destinée des Etats sardes avec celle de l'Italie (1861).


Ducs et Comtes de Savoie

Thomas Iier (Charbonnières, 1157-1233)
Dit le Grand, fils d’Humbert III, il règne sur le comté de Savoie de 1189 à 1233.
De son mariage avec Béatrice de Genève, il a dix enfants.
En mars1232, il achète à Berlion, le château de Chambéry, contre la somme de 32 000 sols de Suse, Chambéry devient la capitale de la Savoie.
Amédé Iier, avant le XIIe siècle, franchit le Rhône et gouverne le Bugey.
 

Amédé IV (Montmélian, 1197-1253)
Fils de Thomas Iier, Il préside aux destinées de l’état savoyard de 1233 à 1253.
Amédé IV inaugure les relations diplomatiques avec le royaume d’Angleterre.
Il est le premier à faire figurer le terme Sabaudia (Savoie) sur les pièces de monnaie.
Il prend le titre de duc du Chablais et de duc d’Aoste.
 

Boniface Iier (Chambéry, 1224-12__)
Dit le Roland, fils d’Amédé IV, Il règne sur le comté de Savoie de 1253 à 1263.
Il sera considéré comme irresponsable, les Piémontais révoltés le font prisonnier.
 
 

Carte féodale de la Savoie








Pierre II (Suse, 1203-1268)
Fils de Thomas Iier, Il règne sur le comté de Savoie de 1263 à 1268.
Fort de ses relations anglaise, il a une politique très active sur l’Europe occidentale. Il pousse son influence en direction de Berne et de Vienne.
Grand administrateur il rédige les premiers statuts de la Savoie (future constitution), créé la Cour des Comptes, rassemble à Chambéry les archives de l’état savoyard.
Il sera inhumé à la Chartreuse forteresse de Pierre-Châtel.

Philippe Iier (Aiguebelle, 1210-1285)
Il est chef de l’état savoyard de 1268 à 1285.
Il épouse Alice de Bourgogne, lui permettant ainsi de porter le titre de comte de Bourgogne.

Amédé V (château du Bourget, 1243 - Avignon,1325)
En 1285, son oncle Philippe le choisi pour lui succéder.
En 1273, il épouse Sibille de Baugé, qui lui apporte en dot une partie de la Bresse.
Chef de guerre il soutient une longue guerre contre les Dauphins grenoblois.

Edouard (1284 Gentilly, 1329)
Dit le libéral, fils aîné d’Amédé V, il arrive au pouvoir en 1323 et ne règne que six ans.
Il épouse Blanche de Bourgogne, leur seul fille deviendra duchesse de Bretagne.
Il organise l’Escadron de Savoie, qui sera l’ébauche d’une armée permanente savoyarde.

Aymon (Bourg en Bresse, 1291 - ?,13__)
Dit le pacifique, deuxième fils d’Amédé V, il règne sur la Savoie de 1329 à 1343.
En 1329, le comte Aymon remplace les Conseils ambulants de justice par un Conseil résident de justice (chancellerie) fixé à Chambéry, distinct du conseil du prince, aux attributions purement politique et qui suivait, lui. Le souverain dans ses pérégrinations.
Au cours d’un combat, prés de Voiron (LaPerrière) le dauphin Guigues VIII est tué le 21 juillet 1333. Aymon se réconcilie avec le nouveau dauphin, HumbertII.

Amédé VI (Chambéry, 1334 - ?,13__)
Dit le comte vert, fils du comte Aymon.
Il n’a que 9 ans à la mort de son père, son cousin Louis II de Vaud, assure la régence jusqu’en 1348.
Amédé VI sera le dernier comte de Savoie à régner sur Voiron.
Le traité de Paris de 1355, ramène les frontières entre Savoie et France sur le Guiers et sur le Rhône.
Le Faucigny a été acquis définitivement en 1355.


sceau représentant
Amédé VIII en 1410
Amédé VIII (1391-1440)
Amédé VIII le pacifique comte de Savoie, puis duc de Savoie (à partir de 1416).
Il promulgua les Statuta Sabaudiae, règlement modèle d’un Etat aux finances solides.
Fils de Amédé VII le Comte rouge (1393-1391)
Gendre du duc de BourgogneJean sans peur
Père de Louis (1440-1465)
En 1401Amédé VIII procède à l’achat du Genevois après l’extinction des comtes de Genève.
 Amédé VIII, pour parvenir à faire fortifier Clusesen Faucigny et à favoriser la population, usa d’un moyen analogue à l’esprit et aux usages de son siècle : par ses patentes données à Thonon, le 14 février 1432, il déclarera que les bourgeois de Cluses, sans être nobles, pourraient posséder, en toute propriété, des fiefs et des terres seigneuriales dans les mandements de Châtillon, de Cluses et d’Aïse. (Dictionnaire histoire littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc & du Léman" – Jean-Louis Grillet)

En 1440Amédé VIII abdique : c’est l’ouverture d’une période de déclin
Il devient Pape (en faite antipape) sous le nom de Félix V.
Il renonça à la tiare en 1449 pour terminer le schisme d'occident. Il sera alors évêque de Genève et légat pontifical.

Emmanuel-Philibert (Chambéry, 1528Turin, 1580)
dit Tête de Fer, duc de Savoie (1553-1580).
Au service de Philippe II d’Espagne, il fut gouverneur des Pays-Bas et vainquit les troupes françaises à Saint-Quentin (1557).
Il épouse Marguerite de Valois, duchesse de Berry
Après le traité de Cateau-Cambrésis (1559) il épousa Marguerite de France, fille de FrançoisIer et obtint qu’on lui rendît ses Etats, qu’il administra avec talent depuis Turin (capitale en 1562).
Il instaura le premier recensement de la population.

Charles-Emmanuel II (16__-1675)
Duc de Savoie en 1638, fils de Victor-Amédé I.
Sa femme Marie-Jean-Baptiste de Savoie-Nemours, mère de Victor-Amédé II, appelé Madame Royale
Les députés de la noblesse du petit Bugey viennent prêter serment de fidélité à Madame Royale, Régente à Turin le 12 novembre 1675.
 

Victor-Amédé II (14 mai 166631 octobre 1732)
Duc de Savoie en 1675, fils de Charles-Emmanuel II. Il épouse, le 10 avril 1684Anne-Marie d’Orléans.
En 1696, après 6 années d’occupation française, la perception de l’impôt est encore anarchique. Victor-Amédé II, roi de Piémont Sardaigne, grand admirateur de Louis XIV, veut éliminer tous les obstacles à son pouvoir qu’il qualifie lui-même de despotique. Ce despotisme éclairé le conduit à imposer une remise en ordre fiscale, donc la réalisation d ‘un nouveau cadastre.
L’innovation principale fut la confection de mappes, cartographie généralisé des parcelles de toutes les communes. Par lettres patentes du 9 avril 1728, l’Intendant général fut chargé de la direction des opérations.

Charles-Emmanuel III (1701-1773)
Duc de Savoie en 1730, après l’abdication de son père Victor-Amédé II.
Il épouse Elizabeth de Lorraine, puis Polyxena-Christine d’Hesse. Fils de Victor-Amédé II.

Charles-Emmanuel III reconnut les privilèges des clusiens (de Cluses en Faucigny) en admettant le 20 novembre 1730, leur bourgeois non nobles à lui prêter l’hommage et le serment de fidélité pour les fiefs qu’ils possédaient.
(Dictionnaire histoire littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc & du Léman" Tome 2– Jean-Louis Grillet)

La noblesse du petit Bugey prêta serment de fidélité à Charles-Emmanuel III, le 20 novembre 1730.
(Le Bugey et sa noblesse / minutaire Joseph Goybet / archives du Tabellion d’Yenne - Jean Létanche)


Annexes A

Annexe A-I

Les dynasties en Savoie
(parallèle avec les dynasties françaises)

Savoie
Date
France
Rois Burgondes
Gondebaud
Sigismond
Godemar
474
523
524
Clovis
Domination carolingienne
 

Rois rodolphiens:
Rodolphe Ier
Rodolphe II
Conrad le Pacifique
Rodolphe III


 
 
 
 
 
 

888
912
937
993

Pépin le Bref
Charlemagne
Louis 1er le Débonnaire

Charles le Chauve 
 
 
 
 
 
 

Hugues Capet

Comtes de Savoie:
Humbert
Amédée 1er
Odon
Pierre
Amédée II
Humbert II
Amédée III
Humbert III
Thomas
Amédée IV
Boniface
Pierre le Petit Charlemagne
Philippe Ier
Amédée V le Grand
Edouard le Libéral
Aimon le Pacifique
Amédée VI le Comte Vert
Amédée VII le Comte Rouge
1003
1043
1051
1057
1078
1080
1103
1148
1188
1233
1253
1263
1268
1285
1323
1329
1343
1383

 
 
 
 
 

Louis VI
Louis VII
Philippe-Auguste
Louis VIII
Louis IX Saint Louis

Philippe le Hardi
Philippe le Bel

Philippe VI de Valois
Jean le Bon
Charles V

Ducs de Savoie:
Amédée VIII
Louis
Amédée IX le Bienheureux
Philibert le Chasseur
Charles Ier le Guerrier
Charles II
Philippe sans Terre
Philibert II le Beau
Charles III le Bon
Emmanuel-Philibert Tête de Fer
 
 

Charles-Emmanuel Ier
Victor-Amédée Ier
François-Hyacinthe
Charles-Emmanuel II
Victor-Amédée II

1391
1439
1465
1472
1482
1490
1496
1497
1503
1553
 
 

1580
1630
1637
1638
1675


Charles VI
Charles VII
Louis XI

Charles VIII

Louis XII

François Ier
Henri II 
François II
Charles IX
Henri III
Henri IV
Louis XIII

Louis XIV

Rois de Sardaigne:
Victor-Amédée II
Charles-Emmanuel III
Victor-Amédée III

Charles-Emmanuel IV

Victor-Emmanuel Ier
Charles-Félix

Charles-Albert
Victor-Emmanuel II

1718
1730
1773

1796

1802
1821

1831
1849


Louis XV

Louis XVI
Ière République
Directoire
Consulat
Napoléon Ier
Louis XVIII
Charles X
Louis-Philippe
IIème République
Napoléon III

Roi d'Italie:
Victor-Emmanuel II
1861
 



Annexes B

Annexe B-I
Bugey : repère historique
(© Jacques Ruty – f1gtm.chez.tiscali.fr/bugey/histoire.htm)

Ancien pays de France avec Belley pour capitale, le Bugey fit partie de la Bourgogne cisjurane en 879, puis du royaume de Bourgogne en 934, passa sous la suzeraineté des empereurs germaniques puis à la Maison de Savoie avant d'être définitivement réunie à la France par Henri IV au traité de Lyon en 1601.
Dates ou périodes
Evénements
Age de Pierre Les premiers hommes ont habité les grottes du Bugey où on a retrouvé leurs restes.
Age de Bronze et du Fer (3000 ou 4000 ans Av J.C.) Certains murgers sont élevés en tombeaux par les peuplades qui sont probablement venues d'Asie.
Epoque Gauloise Le Bugey est peuplé par les Sequanes
Epoque Gallo Romaine Maintes traces de civilisation subsistent dans les vallées.
IIème siècle Début du Christianisme.
IIIème siècle Invasions barbares.
Vème siècle Invasion pacifique par les Burgondes.
VIème siècle Fondation des Abbayes d'Ambronay, Saint Benoît, Saint Rambert.
VIIème siècle Fondation de l'Abbaye de Nantua.
VIIIème siècle Les Sarrasins pénètrent en Bugey et s'installent dans les montagnes.
IXème siècle Les Hongres détruisent les Abbayes d'Ambronay de St Benoît et de Nantua.
Xème siècle Les moines fondent peu à peu des prieurés qui deviendront des paroisses.
Du Vème au Xème siècle Le Bugey appartient au Royaume de Bourgogne.
Du XIéme au XIIIème siècle C'est l'anarchie féodale. Le Bugey est partagé entre les Sireries de Coligny et de Thoire. Les terres abbatiales restent indépendantes.
Fin du du XIIIéme début du XIVème siècle De nombreuses agglomérations obtiennent la Franchise( 1292 Poncin, 1319 Pont d'Ain, 1328 Saint Germain, 1329 Pérouges, 1337 Ordonnas)
XIVème siècle Le Comte de Savoie s'octroie le bas Bugey.
XVème siècle Le haut Bugey acheté par la Maison de Savoie aux Sires de Thoire-Villard.
Fin du XVème siècle L'Inquisition brûle ou pend de nombreux hérétiques.
1536-1559 François 1er occupe le Bugey et la Bresse. En 1559, le Bugey est rendu à la Savoie par le Traité de Cateau-Cambrésis.
17 janvier 1601 Traité de Lyon incorporant définitivement la Bresse, le Bugey et le Pays de Gex à la France. (Henri IV avait à se plaindre du Duc de Savoie, allié des Espagnols, et qui refusait de lui rendre le Marquisat de Saluces. Il fit envahir la Bresse en 1594, puis en 1595.Il y eut une trêve suivie du Traité de Vervins. Mais la guerre recommença en 1600).



www.la-martiniere.com